Historique

De la musique ancienne à la création contemporaine

Créé en 2003 sous l’impulsion conjointe du conservatoire de Grenoble et du Conseil général de l’Isère, dirigé par Luc Denoux, Temps Relatif est un ensemble de solistes à géométrie variable réunissant des chanteurs professionnels et des jeunes en voie de professionnalisation autour de répertoires de musiques anciennes à contemporaines.En 2011, la direction artistique s’élargit en accueillant les compétences et savoir-faire de Chrystèle Chovelon, Emmanuel Cury et Nadia Jauneau-Cury.Temps Relatif fait le choix de ne pas réduire son répertoire à une époque donnée, mais de travailler à une certaine transversalité. L’ensemble cherche en effet à tisser des liens à travers le temps et l’espace et s’attache à relier l’auditeur d’aujourd’hui aux musiques du passé, l’artiste d’hier avec l’artiste contemporain. Chaque programme est donc conçu avec l’idée d’établir un dialogue entre les répertoires, tout en maintenant l’exigence d’interprétation propre à chaque esthétique.

Temps Relatif a ainsi construit de nombreux programmes autour des madrigaux, motets, chœurs à petit effectif issus du répertoire ancien (Lejeune, Lassus, Monteverdi, Rossi, Vecchi, Pergolèse, Luzzaschi, Bach…) ou encore des chœurs romantiques (Berlioz, Mozart…). Pour le versant contemporain, l’ensemble puise dans les œuvres de Rebotier, Moultaka, Sahbaï, Leroux, Berio, Reich, Ducol, Arrigo, Cavanna, Saariaho…

Mais Temps Relatif se place aussi dans une démarche de création, qui pousse l’ensemble à s’associer régulièrement avec des compositeurs dans le cadre de commandes. C’est ainsi que Philippe Gouttenoire, compositeur lyonnais, a écrit Ainsi le Miel… pour sept chanteurs, faisant écho à des chansons d’Anthoine de Bertrand sur les Amours de Ronsard. C’est ce même désir de traverser les époques qui anime la collaboration avec Arnaud Petit autour des Vêpres de Monteverdi et la création intitulée Vesperor.

En 2010, le projet Vivaldi à Voix de femmes (Magnificat) est initié, pour deux solistes et chœur à quatre voix strictement féminin accompagné d’un ensemble instrumental. L’année 2010 est également marquée par le programme Cantuum Plexus autour des polyphonies improvisées mêlant des chants de l’époque médiévale et la création d’une pièce commandée à la compositrice Caroline Marçot.

L’ensemble poursuit également son soutien à la création contemporaine en 2011, à travers la production et la diffusion de l’œuvre Matin Brun du jeune compositeur Kilbéric Deltroy : cantate scénique pour cinq chanteurs et cinq instrumentistes, inspirée du Go et du Gagaku japonnais et de la nouvelle éponyme de Franck Pavloff.

Depuis 2012, de « petites formes » sont développées : opéra de poche, récital décalé, tout en continuant de faire s’entrechoquer les époques, les arts. Temps Relatif propose de mettre en œuvre un Schubert revisité par Bernard Cavanna et fait relire Schumann par une jeune réalisatrice à travers la réalisation de films muets ponctuant les Dichterliebe, ou encore un Don Quichotte tant chanté que déclamé et mis en espace. L’idée est de proposer cette saison encore d’explorer, de faire découvrir, les répertoires des musiques d’aujourd’hui et de trouver une résonance actuelle dans les écritures anciennes. A la fois ensemble professionnel pointu et outil d’accompagnement, Temps Relatif s’impose comme un acteur professionnel de la musique vocale dans le département.